Mon compte Pinterest Mes oeuvres courtes, publiées sur Short Edition Mon profil Deviant Art

Grégoyre Séhou

Ecrivain approximatif, créateur d'univers bancals, illustrateur défectueux.

portrait de Grégoyre Séhou

J'ai publié mon premier livre, Entre les brumes et la roche, en 2014. A l'origine, il s'agissait simplement d'un texte destiné à un concours de nouvelles sur le thème de la romance. Le concours ne comportait que deux consignes : produire un texte court et faire preuve d'originalité.

Sauf que je n'ai jamais réussi à me plier aux consignes (mes anciens profs peuvent en témoigner). J'ai dépassé, de peu, le nombre de caractères maximal autorisé pour participer au concours. Je me suis donc retrouvé avec une novela (une oeuvre à mi-chemin entre la nouvelle et le roman) sans personne à qui l'envoyer. Pour une fois que j'allais au bout d'un projet...

Après mûre réflexion, j'ai décidé de tenter l'expérience de l'auto-publication. J'ai donc mis en ligne ma novela sur les plate-formes Amazon Kindle et Kobo.

Sans aucune publicité, autant vous dire que je ne m'attendais pas à un succès faramineux. Et pourtant... J'ai été très surpris de voir les ventes décoller les mois suivants.

Boosté par ce succès, je me suis de nouveau attelé au travail, sur une oeuvre plus personnelle. Sans contrainte de thème, de longueur ni de deadline, j'ai pu écrire le livre que j'aurais aimé lire. Après une longue gestation, je suis aujourd'hui très fier de publier mon deuxième livre : De victime à bourreau. Grégoyre Séhou pose avec son livre De victime à Bourreau

Influences

J'aime beaucoup la façon d'écrire de Stephen King. Ses histoires aussi, évidemment, mais c'est surtout sa façon de décrire des lieux sans intérêt de façon vivante que je trouve géniale. Quand Stephen King vous décrit une scène qui se passe dans une rue, un entrepôt ou un garage, c'est comme si vous y étiez.

J'admire aussi beaucoup d'autres écrivains : les "classiques" comme George R. R. Martin, J. R. R. Tolkien, J. K. Rowling, mais aussi des auteurs moins connus en France comme J. D. Salinger, James S. A. Corey ou Neil Gaiman.

A noter que ce dernier illustre bien une certaine ambivalence chez moi : j'ai beau privilégier l'écriture comme moyen d'expression, je puise mon inspiration bien plus facilement dans d'autres médias. Je suis par exemple un grand admirateur du talent de peintre de Luis Royo, de la mise en scène de certains films tels 300, et même de l'univers du jeu de rôle Vampire : la mascarade.